Inventée il y a un siècle et demi, la digue dentaire est un film en caoutchouc imperméable. Celui-ci, perforé à l’aide d’une pince emporte-pièce est positionné autour de la dent sur laquelle on travaille pour l’isoler du reste de la cavité buccale, exactement comme un champ opératoire.

Cette technique apporte trois avantages majeurs :

Qualité des traitements : La digue améliore la visibilité et l’accessibilité au site opératoire. De plus la dent ainsi isolée se retrouve à l’abri de la salive du patient et de l’humidité parfois importante qui règne dans la bouche. Ce paramètre s’avère particulièrement déterminant lors des procédures de désinfection des racines dentaires (les « dévitalisations ») et de collage (qu’il s’agisse de composite ou de céramique).

Confort : le patient n’a plus à forcer en permanence pour ouvrir grand et peut même par moments fermer la bouche sans plus risquer de contaminer la zone opératoire. De plus, il se retrouve également prémuni contre la diffusion en bouche des produits utilisés par le dentiste sur sa dent, qui n’ont pas toujours bon gout. Enfin, l’optimisation apportée en termes d’ergonomie permet de réduire le temps de réalisation des actes et donc le temps passé par le (la) patient(e) sur le fauteuil dentaire.

Sécurité : en écartant et isolant les tissus environnants (joue, langue) la digue élimine tout risque de blessure ou d’ingestion de petits instruments.